debut Les baigneurs français en celluloïd - menus

La marque PETITCOLLIN


logo Petitcollin

logo aigle

L'origine de Petitcollin nous ramène aux environs de 1860, à Etain. C'est à cette époque que Nicolas Petitcollin crée un atelier de fabrication de peignes et d'articles de coiffures, principalement en corne et en ivoire. Sous l'impulsion de son gendre, Nicolas Petitcollin s'est associé avec le propriétaire d'une usine de baleines de corsets qui s'appellait Mr Utain. Ensemble, vers 1895, ils ont décidé de travailler une toute nouvelle matière qui venait d'arriver sur le marché: le celluloïd.

Rapidement le celluloïd remplaça la corne pour la fabrication des peignes et des articles de coiffures. Avec un grand succès, jusqu'à ce que l'usine soit dévastée par un incendie en 1900; incendie dû à un violent orage.

En 1901, on reconstruit. On décide alors de retravailler la matière, le celluloïd, afin de pouvoir fabriquer des objets creux. Ils réussissent très vite, grâce à la mise au point du procédé de soufflage. Avec cette technique, ils fabriquèrent les premiers jouets et les premiers baigneurs.

Ensuite, vint la Première Guerre Mondiale. Elle n'a pas trop bousculé le succès grandissant. Cependant, l'usine fut une nouvelle fois détruite, à cause de la guerre, car n'oublionspas que nous nous trouvons à portée des canons des Champs de batailles de Verdun. On reconstruira alors l'usine, encore plus belle et encore plus vaste.

Mais c'est pendant l'entre deux guerres que Petitcollin connu son succès le plus considérable. A cette époque,l'entreprise vendait des poupées aux quatre coins du monde et de toutes les couleurs. Petitcollin fut une des premières à fabriquer des poupées noires que l'on appelait "negri" et des poupées asiatiques que l'on appelait "asiati".

Plus tard arriva la Seconde Guerre Mondiale. Le succès de Petitcollin est encore présent, mais les premiers nuages commençent déjà à pointer leur nez. On commence à reprocher au celluloid son côté hautement inflammable. L'interdiction de fabrication du celluloïd tombe en 1960, mais Petitcollin avait déjà préparé l'échéance et stoppé toutes les fabrications depuis 1957. L'entreprise fut ensuite victime du désintérêt des dirigeants pour le jouet et la poupée, et l'entreprise dût se reconvertir dans la fabrication d'objets en résine de polyester, notamment des coques de bateaux et des casques. Avec un grand succès, mais qui ne dura guère longtemps.

Petitcollin continua son chemin au fil des années, parsemé de dépôts de bilan, passant de la fabrication des poupées, aux mascottes, puis aux pin's, mais sans jamais retrouver la grandeur d'autrefois. En 1995, Petitcollin a été racheté par Vilac. C'est le principal fabriquant du jouets français qui décidera de racheter l'entreprise, non pas pour leur propre bénéfice, mais pour sauvegarder le jouet et la poupée française. Et donc depuis 1995, l'activité principale de l'usine a été recentrée autour de la fabrication des poupées et des baigneurs, qui lui valu sa grandeur d'autrefois et qui nous l'espérons durera encore très longtemps!!

L'usine, située à Etain dans la Meuse, est toujours en activité et peut se visiter sur rendez vous. La production a été très abondante. Les modèles courants se trouvent facilement mais les rares atteignent des cotes très élevées. PETITCOLLIN a fabriqué et fabrique toujours la plupart des mignonnettes et poupées folkloriques que l’on peut trouver dans les boutiques de souvenirs.